Mieux ventiler sa salle de bains et toutes les pièces humides 

L’air de la salle de bains peut très vite se saturer en vapeur d’eau : un bon bain relaxant ou une douche qui s’éternise… et le tour est joué ! Cette condensation sur les surfaces froides de votre salle de bains, si elle n’est pas évacuée, peut engendrer des désagréments (au mieux) voire des dégâts (au pire !). Pour s’éviter ce genre de problème, la ventilation est votre meilleure amie !
Le principe : l’humidité est telle que l’air est saturé en vapeur d’eau, celle-ci vient se condenser sur les surfaces froides situées dans la pièce (les canalisations, un mur froid parce que mal isolé, les vitrages…). Ce phénomène est plus fréquent dans les habitations anciennes dont les anciennes fenêtres ont été remplacées. Devenues étanches à l’air, elles empêchent le renouvellement de l’air et condensent la vapeur d’eau dans la pièce ! C’est alors qu’arrivent les problèmes de moisissures, de peintures cloquées ou de papiers peints décollés.
 
Quelles ventilations ?
- ‘À l’ancienne’ : ouvrez la fenêtre ou la porte (ou les deux !) systématiquement après le bain ou la douche ! Cette ventilation de la salle de bains, même intermittente, permet d’enrayer le phénomène ou en tout cas d’éviter l’accumulation assez rapidement.
- Jusqu’en 1969, les logements sont ventilés de manière ‘naturelle’ selon le principe du tirage thermique : les pièces humides donnant sur l’extérieur ou sur un conduit de ventilation sont équipés d’une entrée d’air en partie basse et d’une sortie en partie haute. Ce système base son efficacité sur l’écart de température entre l’intérieur et l’extérieur : plus il fait froid, plus le volume d’air renouvelé est important. Réflexe (naturel ?) des occupants ? Boucher les grilles ! Et c’est ainsi que les problèmes d’humidité naissent…
Photo de gauche 
 
Photo de droite 
- À partir de 1970, les maisons ont tendance à être bien plus isolées et calfeutrées ! On installe alors des systèmes de ventilation mécanique contrôlée (VMC) : les entrées d’air sont situées en façade du séjour et des chambres, et les bouches d’extraction dans les pièces humides. L’air neuf balaie l’ensemble du logement, grâce à un ajournement d’environ 1cm sous les portes. Mais attention : le renouvellement d’air est calibré et constant (fixé en fonction du nombre de pièces et d’occupants), quel que soit le niveau d’activité, de pollution ou d’humidité.
- Une VMC hygroréglable : les entrées d’air et les bouches d’extraction sont équipées de capteurs d’humidité. Selon le taux mesuré, pièce par pièce, les débits d’air sont adaptés en faisant varier l’ouverture des bouches.

Alors ayez le réflexe ventilation dans votre salle de bain, et pour toutes les pièces humides : la qualité de l’air en dépend et vous évitera les coûts de rénovation liés à l’humidité autant que les problèmes de santé ou d’odeur…

Cet article a été écrit avec le concours de Stylesdebain.fr