L'eau à la bouche : une question de qualité et de goût ! 

La qualité de l’eau courante nous paraît la chose la plus élémentaire. Et pour cause, elle est l’aliment le plus contrôlé ! Son traitement vise à la débarrasser des impuretés visibles ou odorantes, mais aussi des bactéries ou du calcaire. Mais l’eau diffère selon les régions et selon les goûts de chacun.
Alors qu’en est-il vraiment de sa qualité ? Revue des différentes méthodes de traitement à installer chez soi.
La carafe filtrante
Il s’en vend près d’un million par an ! La carafe filtrante est de (très) loin le moyen de traitement de l’eau à domicile le plus apprécié pour sa simplicité d’utilisation. Le fonctionnement est simple : un filtre à charbon actif filtre l’eau du robinet, cette dernière ayant déjà été filtrée des particules visibles.
Le charbon actif est composé de végétaux comme le bois, les fruits à coques comme la noix de coco ou les noyaux de fruits. Son degré de finesse varie du fin (de 10 à 1 nanomètres) au très fin (pour filtrer l’air) : il retient ainsi les particules telles que le chlore, le calcaire, le permanganate de potassium, le plomb, les composés organiques et même les pesticides. Adieu goûts et odeurs !
En moyenne, il vous faudra changer la cartouche toutes les 4 à 6 semaines.
 
L’adoucisseur
Si votre eau est trop ‘dure’, l’adoucisseur s’active contre le calcaire. Il débarrasse votre eau du calcium et du magnésium en le remplaçant par du sodium ! La chimie derrière l’adoucisseur est élémentaire : l’eau est filtrée dans une résine qui capte les ions calcium et magnésium et qui libère en échange des ions sodium. Cette résine magique, appelée résine cationique, se présente sous la forme de billes poreuses de 0,2 à 3mm de diamètre.
Mais ce processus vide la résine de son sodium et la sature en calcium… Il faut alors la recharger en sodium en y faisant couler une eau très salée. Notez que chaque ‘régénération’ est consommatrice en eau et provoque des rejets importants de saumure, qui peut être nocive pour certains animaux et favoriser la corrosion.
 
Le filtre sur robinet
Le principal intérêt de ce filtre est d’éliminer le goût de chlore, le plomb et les polluants comme les nitrates ou les pesticides. C’est en traversant une ou plusieurs cartouches filtrantes que les éléments seront séparés. Mais comme le principe chimique de ces filtres n’agit pas sur les minéraux, il ne vous débarrassera pas du calcaire… et l’eau dure restera dure !
Dure ou douce ?
Malgré (ou à cause ?) d’un traitement microbiologique et physico-chimique, certaines eaux acquièrent un goût et, parfois, une altération de sa qualité. Selon les régions, la composition de l’eau varie : on dit qu’elle est ‘dure’ lorsqu’elle est contient trop de calcium et de magnésium ; elle est ‘douce’ lorsqu’elle en manque.
Ces minéraux peuvent endommager notre électroménager et nos canalisations, ou être désagréable en cuisine ou sous la douche ! Tout est question de concentration.
Photo de gauche 
 
Photo de droite 
L’osmoseur
L’osmoseur enlève beaucoup (beaucoup !) d’éléments à l’eau… y compris ses minéraux ! L’eau est d’abord débarrassée des éventuelles particules grâce à un ‘filtre à sédiments’ ; puis elle passe dans un filtre à charbon actif. Enfin, et c’est la clé de cette méthode, l’eau traverse une membrane extrêmement fine qui va séparer l’eau dite ‘pure’ de l’eau de rejet : en gros, tout ce qui reste d’indésirables et de minéraux. Elle part alors dans les eaux usées…
L’osmoseur consomme énormément d’eau : en moyenne, il faut compter 4 litres d’eau pour 1 litre d’eau osmosée ! L’eau ainsi produite est néanmoins particulièrement pure… L’autre inconvénient de l’osmoseur est qu’il est peu efficace contre le calcaire : il faut donc parfois y ajouter un adoucisseur afin de faire entrer une eau plus douce dans l’osmoseur.
 
Le filtre à UV
L’objectif du traitement par ultraviolets vise à détruire les microbes qui pourraient se trouver dans l’eau. Ce type de filtre est pertinent si vous récupérez les eaux de pluies ou si vous puisez directement votre eau.
L’eau passe d’abord par un filtre à charbon actif puis traverse un réservoir où une lampe émettant des rayons UV irradie l’eau. Ces rayons UV agissent sur les microbes mais ne changent en rien la composition de l’eau. Ils n’ont aucun effet sur les substances indésirables ou polluantes.
L’impulsion
Brevetée par Vulcan, cette technologie non intrusive est entièrement électrique et électronique ! Pas besoin de sel ou de produits chimiques. Des impulsions électroniques de faible voltage modifient le processus de cristallisation du calcium (dont l’eau ‘dure’ est particulièrement chargée !) et débarrassent ainsi ses particules de leurs propriétés adhérentes. Ce dispositif s’installe directement sur le tuyau sans modification de votre tuyauterie. Innovante et écologique, cette solution anti-calcaire et anti-rouille est particulièrement performante !
Installez l’appareil sur vos tuyauteries et le nettoyage se fera : pas besoin de tout remettre à neuf !
 
L’ozonation
Cette technique vise à ajoute de l’ozone à l’eau, avec pour objectif principal sa désinfection. Comme pour le filtrage UV, si vous forez votre eau ou consommez l’eau de pluie récupérée, cette méthode a fait ses preuves. L’ozone (qui s’écrit O3, est une variété gazeuse de l'oxygène, O2) a l'avantage d'être inodore, contrairement au chlore. Mais il est aussi plus couteux à fabriquer…
L'ozone débarrasse des odeurs, microbes ou virus, mais aussi des détergents et de certains de solides. Elle est idéale pour la potabilisation de l'eau.

D'autres solutions existent. Marianne Tournier, spécialiste ès tout-ce-qui-concerne-l'eau, du site Stylesdebain.fr vous aide à y voir plus clair dans cet article.
N’hésitez pas à demander conseil à un professionnel si vous avez un doute sur la qualité de votre eau. Après, c’est une question de goût !

Notre exposant ​Culligan sera présent sur le Salon de la Maison pour répondre à toutes vos questions !